Lire Shakespeare à cheval

© E. Levy

© E. Levy

© E. Levy

© E. Levy

 

L’histoire des sciences humaines et sociales, du moins telle qu’elle est racontée dans les manuels généralistes, tend à faire oublier que les savoirs savants s’inscrivent aussi dans des conversations, des interactions et des rencontres. Les idées naissent plus souvent qu’on ne le pense de situations et de conditions « normales ».  Comme l’a bien montré Christian Topalov en analysant en détail le cas du sociologue Maurice Halbwachs en visite aux USA, il est parfois plus profitable de passer par une « ethnographie des pratiques d’un savant », c’est-à-dire de suivre ses cheminements dans les réseaux, de découvrir ses occupations, ses rencontres, ses lectures et ses promenades (Christian Topalov, Ecrits d’Amériques sur Maurice Halbwachs, éditions de l’EHESS, 2012, p. 12-13).

C’est cet exercice que j’ai tenté d’accomplir en travaillant sur les archives de Marcel Mauss, et plus particulièrement lorsque j’ai voulu comprendre quelle a été l’influence de sa longue mobilisation durant la première guerre mondiale sur son travail intellectuel (Voir Dans l’atelier de Marcel Mauss, CNRS éditions, 2012). A 43 ans, le 3 septembre 1914, Mauss devient volontaire pour la durée de la guerre. Il devient interprète, d’abord pour un bataillon d’anglais, puis d’australiens (Ve Australian division) à partir de 1916.  Flandres, Picardie, Amiens, Péronne… Voici quelques lieux où Mauss va combattre, à cheval.

Pour autant, Mauss continue de travailler. Cette guerre est loin d’être une guerre éclair. Elle laisse du temps, beaucoup, qu’il faut combler. Mauss lit, pense, écrit aussi. Il contrôle les travaux de ses amis, en particulier la thèse de Fauconnet. Il débute un ouvrage qu’il intitule « De la politique » (Cité par Marcel Fournier, p. 378 de sa biographie). Il se procure un dictionnaire anglais et plusieurs ouvrages de Shakespeare.

Plus que par livres, sans doute, ce moment de la guerre a été l’occasion pour lui de nouer des relations, d’élargir son regard et ses connaissances sur le monde. C’est certainement pour cela qu’il écrivit à Hubert en 1916: « Mieux vaut la guerre pour moi que L’Année sociologique », réitérant la même phrase dans une lettre à sa mère.

On le sait, cette guerre a été douloureuse pour Mauss qui perdit plusieurs de ses amis proches : Maxime David, Antoine Bianconi, Jean Reynier, mais surtout Robert Hertz en avril 1915 et André Durkheim en février 1916. Elle restera d’ailleurs pendant longtemps dans la mémoire de l’ethnologue, comme en témoigne sa démarche en 1934, lorsque pour illustrer sa notion de « Techniques du corps », il rappelle la supériorité considérable des « Diggers » australiens : « Quand nous faisons halte dans les boues ou dans les eaux, ils pouvaient s’asseoir sur les talons, se reposer, et la flotte, comme on disait, restait au-dessous de leurs talons. J’étais obligé de rester debout dans mes bottes, tout le pied dans l’eau. » (« Les techniques du corps », repris dans Sociologie et Anthropologie, p. 374)

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *