Classer, déclasser, re-classer.

« Mon problème avec les classements, c’est qu’ils ne durent pas ; à peine ai-je fini de mettre de l’ordre que cet ordre est déjà caduc » (G. Pérec, Penser/classer, Hachette, p. 163).

Cette observation de Georges Perec recouvre parfaitement ce qu’a dû connaître André Georges Amoudruz (1900-1975), collectionneur ethnographe bien connu des genevois, qui passa une grande partie de son existence à classer et à combiner des données concernant la vie populaire du Valais, des Savoies, du Dauphiné, de l’Isère, de la Provence, du Gard, des Cévennes, de l’Ain, du Jura, de la Haute-Saône et des pays limitrophes…

Ce travail quotidien, sans relâche, inlassablement répété, montre l’ambition totalisante du système mis en place. Un système qui mena le savant à composer plus de 1200 classeurs documentaires, à collationner et à juxtaposer, sans hiérarchie apparente, des notes d’enquêtes, des cartes postales, des lettres diverses, des articles de journaux, des illustrations gravées extraites d’ouvrages savants dépiautés, mais également des plans de construction et des relevés de machines… Il s’est fait une spécialité de découper la presse régionale, classer ces découpages et composer des séries par ordre géographique et ou thématique.

© Archives de la ville de Genève, Musée d’ethnographie de Genève.

© Archives de la ville de Genève, Musée d’ethnographie de Genève.

Il faut interroger sa décision de regrouper des feuilles volantes dans un seul et même classeur, mais aussi de découper une page d’un livre parfois acheté en deux exemplaires. S’agit-il d’objectiver une idée, de créer une hiérarchie, de relier un savoir à un autre pour créer une continuité ou bien, plus « simplement », de distribuer et d’organiser des données et des matériaux selon la séquence d’un travail en cours ou en prévision d’usages futurs ?

 

© Archives de la ville de Genève, Musée d’ethnographie de Genève.

© Archives de la ville de Genève, Musée d’ethnographie de Genève.

Quoi qu’il en soit, avec Amoudruz, on est face à un vaste problème : celui de la matérialité des savoirs. Comment, en effet, expliquer ces classements, toujours améliorés, qui ont été continuellement repris et réarticulés par un quadrillage cartographique qui, en retour, l’obligea à générer un autre classement géographique complété également par des classeurs thématiques dont le but est de faire converger tous les savoirs possibles.

 

A voir aujourd’hui ce fonds d’archives, on peut se demander si le classement d’Amoudruz ne relève pas d’un univers chaotique, pour autant sa « méthode » est une réponse étonnante aux systèmes de classement stricts et sur-rationalisés qui se développent au même moment un peu partout en Europe, et en particulier en ethnologie. 1200 classeurs qui forment surtout un paysage «  dans un réseau de lignes entrecroisées ».

© Archives de la ville de Genève, Musée d’ethnographie de Genève.

© Archives de la ville de Genève, Musée d’ethnographie de Genève.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *