La fonction classificatrice. De l’ordre, du savoir et du pouvoir.

© Jf Bert

© Jf Bert

En dehors de G. Pérec, Borges et Umberto Eco, c’est vers la sociologie durkheimienne qu’il faut se tourner pour entrevoir une analyse intéressante concernant les classifications, plus précisément la fonction classificatrice.

Mauss et Durkheim, les premiers, réfléchissent à cette fonction et décident, de manière simple, de se demander où nous sommes allés la chercher…  Ils cherchent surtout les raisons qui nous poussent à classifier, et en trouvent plusieurs : « faciliter l’action », « faire comprendre », « rendre intelligibles les relations qui existent entre les êtres » : « De telles classifications sont donc, avant tout, destinées à relier les idées entre elles, à unifier la connaissance ; à ce titre, on peut dire sans inexactitude qu’elles sont œuvre de science et constituent une première philosophie de la nature » (1903, « De quelques formes primitives de classification, L’année sociologique, n.6).

L’article a servi de base à la réflexion des anthropologues qui y ont trouvé de quoi démontrer le caractère arbitraire de toute classification. Le découpage du réel n’est jamais donné par la réalité elle-même, mais il est le fruit d’un travail intellectuel.

Il existe une autre conclusion de cet article, peu perçue, et qui consiste à dire que cette fameuse « fonction » classificatrice est du savoir en acte. Un savoir qui s’incarne, qui passe matériellement dans la société et les individus, un savoir qui permet par exemple de tracer des frontières :

« Classer, ce n’est pas seulement constituer des groupes – c’est disposer ces groupes suivant des relations très spéciales. Nous nous les représentons comme coordonnés ou subordonnés les uns aux autres […]. Il en est qui dominent, d’autres qui sont indépendants les uns des autres. Toute classification implique un ordre hiérarchique dont ni le monde sensible ni notre conscience ne nous offrent le modèle. » (op. Cit.)

Il faudra attendre Michel Foucault (pas celui des Mots et des choses et de son chapitre « classer » sur lequel nous reviendrons prochainement) pour voir enfin retrouver cette idée d’un savoir qui est aussi un pouvoir ; ou plutôt que ce qui compte lorsqu’il s’agit d’analyser les savoirs, c’est de saisir la façon dont, à l’intérieur du savoir, le pouvoir s’insinue comme un effet immédiat, les deux formant ce que Foucault nomme un « nexus savoir-pouvoir » (d’ailleurs, Foucault ne renversera jamais les deux termes et ne parlera jamais de pouvoir-savoir).  L’exemple paradigmatique est ce qu’il fait subir aux Lumières comme lieu de la discipline et de la normalisation (disciplinaire). C’est au XVIIIe que des procédures de sélection, de hiérarchisation et de centralisation vont constituer les savoirs en discipline. Mais finalement l’ensemble de ses cours au Collège de France nous donne des exemples de ce nexus : la mesure dans les cités Grecques, l’enquête et l’examen au Moyen-Age, ou encore l’émergence du discours sur la guerre au XVIe siècle ou ces nombreuses disciplines qui s’intéressent à la vie et à la population comme la statistique, la démographie ou la biologie…


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 02/12/2014

    […] Qu'est-ce qu'une archive de chercheur ? de Jean-François Bert pourra nous y aider. Son carnet, Archives et pratiques savantes renvoie également vers de nouvelles réflexions qui devraient élargir nos débats autour des […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *