co-écrire

coecrire-image - copie

 

Lorsqu’elle se manifeste dans des archives, la pratique de la co-écriture apporte bien souvent des éléments d’intelligibilité concernant la construction et l’évolution d’une pensée. Des éléments qui, dans le cas d’un écrit individuel, restent difficiles à renseigner.

Le cas de Gilles Deleuze et de Felix Guattari qui ont fabriqué ensemble plusieurs ouvrages, par versions successives, où chaque hypothèse, chaque direction de recherche, chaque exemple, a été développé par l’un, repris par l’autre, et à nouveau précisé par le premier, forme certainement l’un des pôles les plus célèbres de la co-écriture.

Le cas de Michel Foucault et d’Arlette Farge, qui co-écrivirent Le désordre des familles (1982) est, quant à lui, tout autre. Ici, il y a eu partage entre les chapitres, et non mélange – au sens de Deleuze et Guattari. Un choix qui peut peut-être s’expliquer par la différence de sexe, d’âge, mais aussi d’intérêt entre les deux auteurs ?

Avec Pierre Bourdieu et J. Claude Passeron, il s’agit d’un troisième pôle de la co-écriture, une « co‑écriture »  qui ouvre sur les possibilités de buissonnement mais aussi sur la question des nécessaires compromis entre co‑auteurs.

Complémentarité, concertation, compromis, partage sont des modalités possibles. La collaboration entre Marcel Mauss et Henri Hubert, au début du XXe siècle, permet de creuser différemment ce questionnement en mettant au cœur de la réflexion la question de l’amitié (Voir Marcel Mauss, Henri Hubert et la sociologie des religions. Penser et écrire à deux, La cause des livres, 2012).

En effet, les deux auteurs sont d’origines différentes et de compétences diverses. Ils n’ont pas la même histoire (comme Passeron et Bourdieu à l’ENS). Ils ne sont pas de la même discipline (l’un est philosophe et sociologue, l’autre archéologue et historien). Ils ne se sont pas lus avant de s’apprécier (comme Foucault et Farge). Ils se sont rencontrés lors d’un séminaire en 1896 à l’EPHE. Séminaire que ni l’un ni l’autre ne suivaient pour des intérêts propres.

Malgré tout, ces deux savants ont travaillé de concert, entreprenant ensemble, au début de leurs carrières respectives (c’est aussi une autre particularité), de souligner l’importance sociologique des phénomènes religieux dans deux textes fondateurs : l’« Essai sur la nature et fonction du sacrifice » publié en 1898 et l’« Esquisse d’une théorie de la magie » publié en 1903 dans la revue de Durkheim, L’année sociologique.

La récente découverte du dossier manuscrit de cet article dans le fonds Hubert du Musée de Saint-Germain-en-Laye permet de comprendre qui a écrit quoi, de redonner la bibliographie qui a permis aux deux auteurs de construire leur pensée, mais surtout d’ajouter les nombreuses notes rédigées par Hubert malheureusement non reproduites dans la version finale de l’article.

Ce travail long et fastidieux, rendu possible grâce aux avancées techniques des humanités digitales dans le traitement des archives, vient d’être mis en ligne sur le site de l’Université de Lausanne.

Pour en savoir plus : http://www2.unil.ch/hubert-mauss-magie/


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *