La Fiche (1)

 

© Jf Bert

© Jf Bert

La Fiche (1)

Dans les travaux d’histoire des sciences humaines, l’on insiste souvent sur la question centrale de l’activité scientifique à la fin du XIXe siècle qui est celle du classement et de la classification des savoirs. Les bibliographies se spécialisent, les fiches catalographiques permettent des renvois multiples, le système de classification Dewey[1] offre, à partir de 1876, la possibilité de regrouper les ouvrages par sujets, permettant aux usagers des centres de documentation d’effectuer de multiples recherches en libre accès sur les rayons[2]. Mais qu’en est-il du côté des pratiques savantes ? Sur quels supports les chercheurs de cette fin du XIXème siècle écrivent-ils ? Dans quoi rangent-ils leurs fiches ?

 

Les archives de la maison Borgeaud, aussi nommée « La Fiche », peuvent nous permettre de répondre à ce type d’interrogation. Les nombreux catalogues de ventes que le papetier propose jusque dans les années 1930 montrent, en l’espace de quelques années, l’irrésistible augmentation de ces instruments techniques dont le but premier est d’aider à la productivité. Une productivité accrue qui part de la fiche. C’est par son emploi que le rendement peut-être accéléré : « Vous supprimerez l’énervement qui résulte du temps perdu à la recherche de fiches qui se cachent et se maintiennent obstinément derrière celles plus hautes qui les précédent et les tiennent à l’abri du doigt qui cherche en vain à atteindre leur tranche supérieure ». C’est autour de la fiche, unité minimale du savoir, que Borgeaud a su agréger tout un mobilier, une ergonomie. Certes, le papetier fabrique l’indispensable « meuble à fiches », mais aussi la « signalisation », qui permet de faire saillir un groupe de fiches, les « papillons », les « encoches », les « cavaliers », et le « cellindex », sorte d’index de plastique qui « tient » et ne peut être déplacé par inadvertance. Borgeaud propose aussi un nouveau type de classement du courrier, son enregistrement, son triage et sa distribution grâce au « Sphinxo » qui permet de grouper, à certains moments, des éléments d’informations qui ont le même caractère. Le sphinxo est aussi un appareil à sélectionner des données et doit permettre de les classer par ordre alphabétique, géographique, par importance ou par qualités. Des caractéristiques qui se font par perforation sur des fiches – encore une fois…[3]

 

Dans sa volonté d’unification du travail savant, Borgeaud n’oublie pas non plus que ce qui doit primer, c’est la personnalisation des besoins. La fabrication sur commande est toujours possible. Le carnet de commande de l’entreprise donne à voir l’ampleur de ces demandes particulières, parfois incongrues, et dont la logique première est celle de l’agrandissement. Tout choix doit permettre, un jour, d’être augmenté, et ce sans rompre la logique et le classement initial. C’est bien ce qui intéresse à la fois le Musée minéralogique de Freiburg qui commande 1500 fiches de format « A », la bibliothèque Forney et ses 2000 fiches modèle « F », la société historique et ses 200 fiches « J » et 200 « F », l’alliance Française et ses 500 fiches « F », ou le club alpin Français avec 500 fiches « F », les éditions Hachette avec 500 fiches « A » ou encore les éditions Belin pour 1000 fiches « F »… Reste à comprendre comment les savants ont utilisé ces fiches, et avec quelle représentation du savoir.


[1] J. Dewey, dans son Decimal Classification and Relative Index (1894, Library Bureau, Boston, New-York. Philadelphia, Chicago, London.), divise les cadres de son système de classification d’après le système décimal.
[2] On peut citer sur ce point l’ouvrage de Sylvie Fayet-Scribe, Histoire de la documentation en France. Culture, science et technologie de l’information : 1895-1937. Paris, CNRS Editions, 2000.
[3] Delphine Gardey a commencé ce repérage en étudiant la technicisation des pratiques intellectuelles et en rassemblant des activités variées de prise de notes, d’écriture, de calcul, de classement, sous le dénominateur commun de la gestion de l’information. Voir Delphine Gardey, Écrire, calculer, classer. Comment une révolution de papier a transformé les sociétés contemporaines (1800-1940), Paris, la Découverte, 2008.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 05/12/2016

    […] Bert sur son carnet de recherche consacré aux archives et pratiques savantes, en particulier ici et là. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *