Pasteur vs Darwin. Expérimenter ou compiler ?

Les différences entre Pasteur et Darwin ont souvent été évoquées. Elles sont d’autant plus remarquables que les deux hommes ont sans nul doute révolutionné nos manières de penser le vivant. L’une de ces différences tient à l’application de méthodes de travail très différentes. Il faut encore mesurer l’importance de certains gestes répétés, de certains savoir-faire acquis petit à petit et qui sont pourtant à la base de tout travail intellectuel : prendre des notes, résumer, composer un dossier, établir une bibliographie, lister, etc.

On sait que Pasteur a souligné à plusieurs reprises la nécessité de travailler en laboratoire, en équipe, ayant aussi en vue une certaine forme de répartition des tâches. Il fit aussi un usage important des cahiers de laboratoire dans lesquels il notait, au jour le jour, les questions qu’il se posait, les protocoles pour y répondre, mais aussi ses revirements et parfois les désaccords qu’il pouvait avoir avec les autres membres de son équipe, faisant apparaître un long processus collaboratif. Avec ces cahiers qui constituent l’un des « pré-textes » de l’oeuvre scientifique de Pasteur (voir Pasteur, Cahiers d’un savant par Françoise Balibar et Marie-Laure Presvot), il est possible de saisir une part importante du quotidien d’une vie de savant, la place importante chez lui de l’observation et de l’enquête, mais aussi la fragilité des hypothèses et le hasard qui le conduit à la découverte.

Les pratiques quotidiennes de Darwin sont différentes. C’est un solitaire (même s’il ne faut pas minimiser le rôle joué par la correspondance), et comme il l’indique dans son autobiographie, à part les carnets qu’il rédigea lors de son voyage autour du monde sur le Beagle, il fit surtout un usage des fiches et des index. Son autobiographie nous laisse entrevoir certains détails concernant à la fois sa manière d’écrire ou plutôt de griffonner « comme cela vient des pages entières aussi vite que possible, en abrégeant la moitié des mots, puis en corrigeant attentivement » (Autobiographie, p. 128), mais aussi sur sa manière de lire, une lecture active, la plume à la main : « j’ai acheté beaucoup de livres et j’y plaçai, à la fin, un index de tout ce qui touchait à mes recherches ». De ces lectures, il construit littéralement ses ouvrages par juxtaposition, utilisant « trente à quarante grands classeurs, rangés dans des meubles aux tiroirs étiquetés, et où je pouvais noter immédiatement toute référence ou faits nouveaux » (Autobiographie, p. 129). On retrouve ici l’avantage certain du fichier, accessible et « à portée de main » et immédiatement mobilisable dans différentes réflexions. Le fichier rend aussi possible tout à la fois une accumulation indéfinie de matériaux que l’obtention d’un ordre.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *