Le folklore comme collage

Collage

 

A suivre Arnold Van Gennep, dans une préface datée de Bourg-La-Reine, le 23 avril 1951, son Manuel repose sur trois sources : des faits recueillis par l’auteur, des collaborateurs porteurs d’un savoir régional, et des collaborateurs-relais de la distribution de ses questionnaires. A ceci s’ajoute un travail théorique, le sien sorte d’illumination interne qu’il oppose à la simple collection des faits. Il y a intérêt à décrire et analyser l’espace de travail que Van Gennep institue, en particulier avec ses correspondants, ce qui y circule, ce qui s’y joue et comment se déploie sa problématisation définissant des territoires, des entités, des places, des intérêts et des buts.

Cette correspondance permet de porter attention

– à l’entre-définition des uns et des autres à travers les mécanismes d’intéressement des correspondants et la reconnaissance par ceux-ci d’un « maître » voire d’un modèle ;

– à la circulation des énoncés dont Van Gennep entend réguler les flux, et instaurer leur mode de validation. Leur forme est la liste ou la fiche dont le destin est d’être désarticulées par une refrappe des parties qui l’intéressent et leur collage. Cette circulation s’incarne et est lisible à travers la matérialité du support d’écriture

– la circulation des modalités souhaitables de travail : plan de classement des fiches, définition de ce que sont des bons correspondants, questionnaires, etc.

Van Gennep se réserve le travail théorique, rarement évoqué lors des échanges épistolaires avec ses correspondants. Il revendique le livre contre la fiche et le fichier, le Manuel pouvant être approché comme un gigantesque collage qui, de ce point de vue, n’est pas sans rapport avec l’œuvre de Aby Warburg.

 

Noel Barbe


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *