Fabriquer des posthumes : Van Gennep, Mauss et Saussure

oeuvresposthumes

 

 

En 1957, à la mort d’Arnold Van Gennep (1873-1957), seuls huit volumes du Manuel de folklore français contemporain ont paru et les épreuves du neuvième ont été corrigées[1]. Les tomes suivants n’existent alors qu’à l’état de « dossiers comportant […] de très nombreuses références bibliographiques et notes documentaires »[2]. Pour ne pas interrompre la publication d’une œuvre qui a déjà accédé au statut de référence, les élèves de Van Gennep entreprennent de « donner une forme » aux dossiers d’archives laissés par le maître[3].

 

Les premiers résultats de ce travail de publication du matériau inédit, réalisé par Bernadette Guichard, sont le huitième volume du premier tome du Manuel, publié en 1988. Les principes éditoriaux adoptés, qui ne sont pas explicités dans les textes liminaires de l’ouvrage, rendent pour ainsi dire impossible de distinguer, dans le corps du texte, la part de Van Gennep des interventions de ses élèves. Le maître parle tantôt à la première personne, dans des passages déjà rédigés en vue de la publication et cités entre guillemets[4], tantôt à la troisième personne, lorsque ses notes sont résumées ou que les éditeurs citent des extraits d’autres œuvres du folkloriste[5]. Le plus souvent, la voix de Guichard se mêle à celle de Van Gennep, lorsqu’il s’agit d’articuler en un récit suivi ces membra disjecta avec des extraits d’autres travaux de folklore, de réponses aux questionnaires, de lettres et de documents envoyés à Van Gennep par des correspondants.

 

Le statut hybride du texte de Van Gennep publié en 1988 est comparable à celui du Cours de linguistique générale de Ferdinand de Saussure (1857-1913), reconstitué à partir de notes de cours, ou encore du tout aussi célèbre Manuel d’ethnographie de Marcel Mauss (1872-1950) composé après sa mort grâce aux notes de ses étudiants et en particulier à celles de Denise Paulme[6]. Dans le cas de Saussure, l’édition du Cours est réalisée en 1916 par Charles Bally et Albert Sechehaye qui se sont chargés de retrouver les propos tenus par le maître dans son cours donné à Genève entre 1907 et 1911. Le résultat de ce travail, publié sous le nom de Saussure, connaît deux lectures critiques. Robert Godel puis surtout Rudolf Engler tentent de réintroduire la démarche de Saussure, tout comme celle de ses disciples éditeurs[7]. Il s’agit en fait de dégager la logique de la construction de 1916, pour rendre concrètement la polyphonie des notes prises par les étudiants. Le Manuel d’ethnographie de Marcel Mauss, lui aussi livre fondateur, connaît également une réception paradoxale. Dans ce qui passe pour le résultat de plusieurs années d’enseignement à l’Institut d’ethnologie, les premiers lecteurs cherchent, comme Engler dans le Cours de Saussure, à montrer les choix opérés par Denise Paulme – les stratégies de lissage – dans le but de réintroduire une pensée en mouvement que l’édition a eut tendance à figer. Désordonné, le cours de Mauss n’en était pas moins riche, détaillé, et surtout vivant.

 

 

[1] A. Van Gennep, Manuel de folklore français contemporain, Tome I, vol. 1-6, Paris : A. [et J.] Picard, 1943-1953 ; 7. Cycle des douze jours. Tournées et chansons de quête. Personnification du cycle. Feux, bûchers et brandons mobiles. La bûche et le tison de Noël, éd. Georges Henri Rivière et Roger Lecotté, Paris : A. et J. Picard, 1958 ; Tome III, Questionnaires. Provinces et pays. Bibliographie méthodique, Paris : A. Picard, 1937 ; Tome IV, Bibliographie méthodique (fin). Index des noms d’auteurs. Index par provinces, Paris : A. Picard, 1938.

[2] A. Van Gennep, Manuel de folklore français contemporain, Tome I, Deuxième partie. Cycle des douze jours : de Noël aux Rois, rédigé par Bernadette Guichard, Paris : A. et J. Picard, 1988, p. ix (Nicole Belmont, « Préface »).

[3] Ibid., p. v (« Note de l’éditeur »).

[4] Par exemple, ibid., p. 3169-3170 et 3299-3300.

[5] « Pour V.G., le réveillon […] » (p. 3170), « V.G. signale une exception » (p. 3171), « V.G. confirme cette coutume (p. 3174), etc.

[6] F. de Saussure, Cours de linguistique générale, publié par Ch. Bailly et A. Sechehaye, Lausanne : Payot, 1916 ; M. Mauss, Manuel d’ethnographie, Paris : Payot, 1947.

[7] Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale, édition critique par Rudolf Engler, Wiesbaden, Otto Harrassowitz, Ier et 2e fasc., 1967


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *