Pourquoi choisit-on de publier un posthume ?

posthumes

Pour mettre en texte la pensée du maître disparu, qui ne subsistait plus que dans un état fragmentaire ou médiatisé par la prise de notes, héritiers et éditeurs adoptent des partis différents suivant la représentation qu’ils se font de leur propre rôle dans le processus de transmission de la pensée magistrale. D’un côté, l’œuvre de Max Weber (1864-1920), sanctuarisée par sa veuve, Marianne Weber, qui se pose en « ministre » de l’« autel » qu’est le bureau de son mari, est éditée au plus près des textes conservés[1].

De l’autre, les éditeurs du Manuel de Van Gennep réarticulent les notes du maître dans l’optique de fournir un outil de travail pour les folkloristes. Depuis la fin du XXe siècle seulement, certains posthumes contemporains bénéficient d’éditions critiques munies d’un apparat critique permettant de faire la part de l’intervention éditoriale[2].

 

L’enjeu éditorial des posthumes en sciences humaines et sociales répond à divers impératifs.

Plusieurs de ces textes fondent une discipline ou consolident une méthode ou une orientation de pensée. C’est le cas des Principes de géographie humaine, œuvre posthume de Paul Vidal de La Blache (1845-1918) publiée en 1922 par le gendre et disciple de l’auteur, Emmanuel de Martonne ou de l’Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien de Marc Bloch (1886-1944), édité en 1949 par Lucien Febvre, mais aussi de l’œuvre de Max Weber[3]. L’édition d’un posthume peut aussi viser à reprendre ou réorienter une œuvre ou un parcours de recherche. C’est le cas, par exemple des carnets de Lucien Lévy-Bruhl (1857-1939), édités en 1949, dans lesquels il exprime ses repentirs en montrant que les mentalités prélogique et logique coexistent à des degrés divers dans tout type de société[4]. Certains posthumes, véritable « coup » éditoriaux, visent à relancer l’intérêt pour un auteur ou au contraire à suivre l’attention dont l’auteur peut faire preuve. C’est le cas de Mozart, sociologie d’un génie (1991) du sociologue Norbert Elias (1897-1990), qui doit d’avoir vu le jour à la volonté de son éditeur, Michael Schröter, à qui il convient également d’attribuer le choix et la rédaction définitive des textes[5]. Il faudrait également faire une place aux posthumes polémiques. C’est le cas pour la publication de deux inédits de Roland Barthes – Journal de deuil et Carnets du voyage en Chine et plus récemment du Nachlass de Heidegger qui apporte la preuve de son antisémitisme[6]. L’intention n’est toutefois pas toujours aisée à déceler et certains posthumes paraissent alors que leur contenu est déjà dépassé. C’est le cas des deux volumes sur les Celtes de Henri Hubert, publiés par Marcel Mauss dans les années 1930, alors que leur rédaction avait été achevée avant la première Guerre mondiale[7].

 

Tout ceci peut nous faire penser à la manière dont Foucault récusait tout autant le statut d’auteur que celui d’œuvre, mettant à jour la construction historico-sociale de ces deux catégories.

L’auteur n’est finalement rien d’autre qu’une fonction attachée à un certain type de textes, et définie par des usages, des pratiques institutionnelles toujours historicisables : «  L’individu qui se met à écrire un texte à l’horizon duquel rôde une œuvre possible reprend à son compte la fonction de l’auteur : ce qu’il écrit et ce qu’il n’écrit pas, ce qu’il dessine, même à titre de brouillon provisoire, comme esquisse de l’œuvre, et ce qu’il laisse va tomber comme propos quotidiens, tout ce jeu de différences est prescrit par la fonction auteur, telle qu’il la reçoit de son époque, ou telle qu’à son tour il la modifie »[8].

 

 

 

 

 

 

[1] E. Hanke, « ‘Max Webers Schreibtisch ist nun mein Altar’. Marianne Weber und das geistige Erbe ihres Mannes », in Das Faszinosum Max Weber. Die Geschichte seiner Geltung, éd. K.-L. Ay et K. Borchardt, Constance 2006 (Theorie und Methode, Sozialwissenschaften), p. 29-51.

[2] Voir, par exemple, la Max Weber-Gesamtausgabe, publiée depuis 1984 sous les auspices de la Kommission für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte der Bayerischen Akademie der Wissenschaften.

[3] P. Vidal de La Blache, Principes de géographie humaine, Paris : A. Colin, 1922 ; Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, Paris : A. Colin, 1949.

[4] Les carnets de Lucien Lévy-Bruhl, Paris : Presses universitaires de France, 1949 (Bibliothèque de philosophie contemporaine).

[5] N. Elias, Mozart, zur Soziologie eines Genie, éd. M. Schröter, Francfort : Suhrkamp, 1991.

[6] R. Barthes, Journal de deuil : 26 octobre 1977-15 septembre 1979, texte établi et annoté par N. Léger, Paris : Seuil, 2009 et Carnets du voyage en Chine : 11 avril-4 mai 1974, éd. A. Herschberg Pierrot, [Paris] : C. Bourgois, 2009. Peter Trawny, Heidegger et l’antisémitisme. Sur les cahiers noirs, Seuil, 2014

[7] Henri Hubert, Les Celtes et l’expansion celtique jusqu’à l’époque de La Tène, éd. M. Mauss, R. Lantier et J. Marx, Paris : La Renaissance du livre, 1932 (L’Évolution de l’humanité, 21) et Les Celtes depuis l’époque de La Tène et la Civilisation celtique, éd. M. Mauss, R. Lantier et J. Marx, Paris : La Renaissance du livre, 1932.

[8] Foucault, M., « Qu’est-ce qu’un auteur ? », Bulletin de la Société française de philosophie, 63e année, no 3, juillet-septembre 1969, pp. 73-104.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *