Contribution de Arnold Van Gennep à une histoire « amusante » des pratiques savantes : Les demi-savants

Sommaire

Sommaire

 

 

Les demi-savants, livre publié en 1911 par Arnold Van Gennep (Paris, Société du Mercure de France), est composé de courtes histoires qui raillent sur le mode de la satire les théories, les méthodes et les instruments utilisés dans les sciences de son époque. Évolutionnisme, comparatisme, expérimentation scientifique, questionnaire d’enquête, anthropométrie, critique littéraire et artistique, synthèse… C’est l’ensemble de ces domaines que le folkloriste aborde en mettant en scène des personnages exemplaires dont le savoir encyclopédique est parfois reconnaissables

C’est, par exemple, le cas du professeur Clou et du cardinal Brunet (peut-être le linguiste et phonologue Ferdinand Brunot ?) qui jeta les bases de la syntactologie expérimentale. C’est le sergent Fourrié plongé dans le déchiffrement de 24 langues inconnues et grand utilisateur de l’auritérébrateur phono-musical. On trouve aussi l’histoire de ce Charles Auguste Petitpoids (sans doute Eugène Bataillon qui en 1910 provoqua la parthénogenèse de la grenouille), auteur de 49 articles de revues et de 225 notes sur la parthénogenèse humaine mais qui perdit un matin, à 3h45, 32 976 fœtus après avoir craché dans la cuvette qui les contenait. C’est Désiré Pépin, jeune explorateur assidu et expert dans la mesure des faces de crânes « plus ou moins entiers » qui, après être tombé sur le questionnaire de J. G. Frazer, décide d’élaborer sa propre Méthode dite des « Improvisations ». C’est encore l’histoire d’un lecteur assidu de Fr. Nietzsche, désireux de devenir lui même un grand savant et qui s’occupe, sous la tutelle de son maître, de travailler sur le « mauvais œil » en dépouillant l’ensemble des documents disponibles, en reprenant une à une les fiches bibliographiques pertinentes, en se procurant « avec rage » les extraits de revues ou de coupures de presse sur le sujet… soit 12 millions de notes (on pourrait y voir la « fascination » de J. Tuchmann, article publié dans la revue Mélusine, 1884-1901). C’est là qu’il vient s’enquérir de la bonne méthode à suivre, de la langue « officielle » du savoir à adopter : « Dois-je donner mes documents in extenso (…) ou bien dois-je écrire ce commentaire en style suivi et me contenter de résumer mes documents ? », mais surtout : « Dois-je publier ces documents en entier ou fragmentairement dans leur texte original » (p. 109). C’est l’archéologue Abdallah Senoufo (René Dussaud ?), professeur d’épigraphie comparée à l’université des États-Unis du Tchad, seul savant du monde qui comprend le Français d’autrefois et les dialectes divers des anciennes provinces de France et qui entreprit la rédaction d’un rapport (72 volumes in-folio) suite à la découverte d’une plaque de cuivre portant l’inscription étrange MACL. Digne héritier des méthodes de Bertillon, c’est le Dr Pantaleone qui, après avoir pris connaissance des différents types de systèmes eugéniques dans lesquels le lobe de l’oreille est un indicateur central, décide de l’implanter dans son pays (rappelons que c’est en 1910 que fut mis en place le bureau d’enregistrement eugénique américain). Après avoir fiché 38 millions d’habitants, il classe le roi à cause de ses stigmates physiques dans la catégorie la plus « répugnante ». Le livre se termine sur l’histoire du plus grand des savants, Abraxas, « l’homme à idées », savant chimérique tout à la fois professeur de botanique, de conchyliologie, de mythologie scandinave, de musique sacrée et en même temps sociologue dont la dernière idée, « sa-plus-grande-idée », est la découverte de la mort.

Ce recueil de « vies » académiques rassemble anecdotes drôle, bon mots, jugements acerbes et ironiques, moqueries sur les débats pédants du moment.

Si Van Gennep se focalise sur les pratiques et méthodes « pathologiques » des savants, ce livre est aussi pour lui l’occasion de dessiner, en creux, ce à quoi doit ressembler une « bonne » science. Alors que le savant ne « voit dans une méthode qu’un outil imparfait, mais perfectible [, l]e demi-savant lui attribue une valeur absolue et définitive de clef magique » (p. 15). Van Gennep n’était pas avare de principes méthodologiques, comme celui-ci qui ouvre son roman En Algérie (1913) : « Quand on enquête sur des problèmes ethnographiques, on cause. La bonne politique exige qu’on parle de beaucoup de choses, avant de formuler des questions techniques. Pour obtenir un renseignement précis sur tel petit détail de métier, il m’a fallu souvent plusieurs jours de palabres diplomatiques ». Une proposition qui tranche avec celles qui sont dispensées tout au long du Manuel d’ethnographie de Marcel Mauss, autre grand lieu de l’explication de la démarche ethnographique : « La première méthode de travail consistera à ouvrir un journal de route, où l’on notera chaque soir le travail accompli dans la journée : fiches remplies, objets récoltés entreront dans ce journal qui constituera un répertoire facile à consulter […]. Journal de route, inventaire et fiches constitueront un premier élément de travail systématique, le carnet de route implique une description exhaustive du réel, objectif il s’entend, qui constitue sa principale caractéristique ».

En proposant cette vue transversale de l’activité intellectuelle de ce premier XXe siècle qui demeure aujourd’hui plus que jamais intéressant, Van Gennep nous donne l’occasion de reprendre l’histoire de la diffusion de certains savoir-faire partagés (comme celui de la mise en fiche), mais aussi de questionner l’importance de certains « lieux » de savoir comme les bibliothèques, les laboratoires, les conférences, ou encore de certains « rituels » de l’activité savante (comme la relation maître-élèves). Il y aurait un intérêt à se demander si les archives d’un chercheur comme A. Van Gennep (qui sont conservées au MuCEM de Marseille et au Musée d’ethnographie de Neuchâtel) ne nous donneraient pas à voir la routine de ses propres recherches folkloriques ; des documents qui témoigneraient sans doute, comme Les demi-savants, d’un ensemble de pratiques, de séquences de travail, de séries de gestes qui reflètent des opérations intellectuelles plus ou moins complexes comme collecter des données, prendre des notes, enregistrer, mettre en fiches, travailler sur un « terrain », choisir une bibliographie, référencer, traduire, correspondre…

En cela, l’analyse matérielle de ces archives, qui n’a jamais été entreprise jusqu’à maintenant, viendrait utilement compléter le regard que l’on peut porter sur cet auteur, et, pourquoi pas, initier des modes de description inédits sur les productions scientifiques de cette première moitié du XXe siècle.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *