Curiosité impertinente de Rabelais ou éloquence agréable d’Erasme ?

Différents degrés d'enseignement universitaire (margarita philosophica 1508)

 

Dans L’évolution pédagogique en France[1], le sociologue Emile Durkheim réserve plusieurs pages aux doctrines pédagogiques de la Renaissance qu’il divise en deux courants. Le premier est incarné par Rabelais, le second par Erasme.

Il ne s’agit pas d’une généalogie de l’érudition que cherche à produire Durkheim, mais on ne peut s’empêcher de voir dans ces deux figures tutélaires certains sous-bassement propre aux pratiques érudites qui composent encore l’activité savante.

Horrifié par la dialectique, Rabelais l’est surtout « de tout ce qui est discipline » et obstacle à la libre expansion de l’activité intellectuelle. Impatient, il cherche le développement illimité de l’esprit, l’ « aspiration à l’infini » comme Gargantua qui est capable de jouer de tous les instruments de musique, de connaître tous les métiers, d’être informé sur toutes les nouvelles industries… Mais Rabelais lui-même incarne cette recherche effrénée du savoir : « médecin, jurisconsulte, archéologue, théologien, il est, en outre, un des premiers qui aient procédé à des expériences d’anatomie ». L’enseignement de la science occupe une place prépondérante dans la pédagogie rabelaisienne, véritable passion absolue, immodérée. En effet, le pédagogue ne doit pas seulement apprendre « telles ou telles branches du savoir, mais le savoir dans sa plénitude. » Cette ivresse de savoir est d’abord un savoir des choses, des faits de nature (c’est-à-dire du monde) ; puis un savoir des langues et de la littérature (c’est-à-dire des hommes).

Un moment aussi pour Durkheim où la science directe, objective et l’érudition livresque se sont confondues, le livre restant « l’objet d’un culte superstitieux ».

 

 

Érasme, lui aussi, pense qu’il faut tout savoir, qu’il faut parcourir tout le « cercle » de la science. Même soif de savoir, même besoin de connaître pour connaître. Pourtant, rappelle Durkheim, « l’inspiration est toute différente » car le savoir du maître, savoir nécessairement imposant, est fait d’abord pour « épargner » l’élève qui n’a pas besoin de tout connaître mais de bien discourir. Erasme ne cherche pas à produire un surhomme mais à former un individu d’agréable compagnie, à former son goût. De ce point de vue, la littérature (et non la science) constitue pour lui l’outil d’apprentissage par un enseignement de mots sur des mots et non des choses pour les choses : « s’il faut étudier les choses de la nature et leurs propriétés, ce n’est pas pour les connaître, mais pour pouvoir se rendre compte des métaphores, comparaisons, figures de style de toute sorte qui en sont dérivées », ajoute encore le sociologue.

C’est là, surtout, qu’il est possible de trouver en germe des exercices encore utilisés comme l’explication littéraire des textes (lecture) et l’exercice de style, la composition écrite (écriture)

 

Dans un dernier chapitre, animé par un esprit de synthèse sans faille, Durkheim assemble les deux orientations autour de l’idée de politesse et de civilité, mais surtout celle de sacrifice et de dévouement qu’il nomme « le sentiment du devoir », ou « l’honneur ». Malgré tout, ces deux orientations finiront avec Montaigne qui montra à l’égard de Rabelais aussi bien que d’Erasme une « égale indifférence »…

 

 

 

 

[1] Émile Durkheim (1938), L’évolution pédagogique en France. (Cours pour les candidats à l’Agrégation dispensé en 1904-1905). Paris : 1re édition, 3e trimestre 1938)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *