« Faire » école ?

Une école peut désigner une unité de lieu, de temps, mais aussi une unité de doctrine ou encore un style (de pensée mais aussi de vie). Dans le cas des Sciences humaines et sociales, une « école » est ce qui rassemble des personnes et des travaux sous une référence commune à un « père » fondateur.

Parler par exemple d’ « école » de sociologie durkheimienne a permis, depuis la mort de Durkheim, en 1917, de résoudre une grande partie des contradictions des publications de ces chercheurs qui participent activement à l’aventure de L’Année sociologique en revenant au plus petit dénominateur commun entre eux, c’est-à-dire Durkheim. Un auteur qui a d’ailleurs lui aussi connu des contradictions nombreuses (dans ses thèmes, mais aussi ses méthodes).

Il existe d’autres écoles, d’autres groupements, constellations ou communautés de chercheurs. On peut citer l’Ecole de Genève en linguistique, tout comme l’Ecole de Prague, Copenhague ou encore New York avec l’arrivée de Jakobson durant la seconde Guerre mondiale, mais aussi l’Ecole de Francfort ou de Chicago pour la sociologie, ou celle de Palo Alto pour la psychologie. On a pu nommer ces écoles autrement que par le lieu géographique qui les reçoit puisque l’on peut distinguer aussi les écoles par le nom du fondateur  (« marxisme », « platonisme », « foucaldien »…), ou par celles qui s’incarnent dans une notion ou une méthode (« uniformitariste », « positiviste », « structuralisme »…). Dans tous les cas, ces écoles comme le relève Christian Jacob fonctionnent selon une double logique, celle du cercle et celle de la lignée (Christian Jacob, Lieux de savoir I : Communautés et institutions, Albin Michel, Paris)

© Jf Bert

© Jf Bert

Le cercle correspond aux relations horizontales qui s’établissent entre participant de la communauté (dans les colloques, par exemple, au sein d’une revue, par la correspondance). La lignée renvoie au contraire à la dimension verticale, reproductive, des savoirs. C’est la question des filiations et de l’héritage.

On peut encore ajouter d’autres éléments qui participent de la définition d’une école, du moins pour les sciences humaines contemporaines. En premier, l’interaction maitre-élève qui est en passe, bien souvent, de devenir maître à son tour. C’est aussi celle de l’instruction (dans le contenu et la forme), sachant que bien souvent ce qu’enseigne le maître est autre chose que ce qu’il dit explicitement à ses auditeurs.  Ce sont ces maitres « prophètes de la communication indirecte », comme l’explique Jaspers, qui se refusent à enseigner une doctrine et préfèrent le dialogue (Jaspers, Psychologie der Weltanschauungen, Berlin, 1925, p. 378). On pourrait aussi se tourner vers la manière dont se construit un patrimoine théorique, le prestige d’une tradition (nombre de chaires d’enseignement par exemple, mais aussi où sont-elles ?), la qualité et le nombre des opposants dans les polémiques, la jeunesse des collaborateurs, la multiplicité des réseaux dans lesquels cette « école » ou cette communauté est insérée (diffusion et dispersion), et, enfin, la possibilité d’un réel travail collectif ou collaboratif entre les membres du groupe.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *