Une « géographie humaine » de la vie intellectuelle

couverture de pourquoi des professeurs? - copie

couverture de pourquoi des professeurs?

 

Georges Gusdorf et sa réponse à « Pourquoi des professeurs ? ».

 

Le philosophe et épistémologue français Georges Gusdorf (1912-2000), connu pour ses réflexions novatrices sur l’autobiographie, l’écriture du moi ou encore les rapports entre les sciences humaines et la pensée occidentale, nous a laissé une analyse percutante de ce qu’il nomme « la catastrophe pédagogique » (Pourquoi des professeurs, Payot, 1963). Une catastrophe – celle de la techno-administration de l’enseignement – qui permet au philosophe de poser plusieurs questions essentielles, et toujours d’actualité, du moins dans le petit monde de la recherche : « Qu’est ce qu’un maître ? Qu’est-ce qu’un disciple ? Comment devient-on disciple ? Comment cesse-t-on de l’être ? Comment devient-on maître ? Comment discerner dans ce domaine le vrai du faux, l’authentique et la contrefaçon ? ». On pourrait encore en ajouter une autre, bien plus politique : « Est-ce le professeur sans talent qui rend les classes mauvaises, ou les classes médiocres qui rendent le professeur inefficace ? ».

Dans son chapitre intitulé « Pathologie de la maîtrise », Gusdorf ne mâche pas ses mots. Il liste les risques de cette « occupation » à part qui consiste à enseigner et à faire de la recherche : dictature intellectuelle, volonté de puissance, tentation de l’autorité et de ses prestiges, incompétence, arrivisme, principe électif qui tend « parfois à se confondre avec le principe héréditaire en ligne directe ou indirecte » (p. 138), rivalités puisque « le maître se veut unique, et ne reconnaît que par exception des semblables ou des égaux. Tout au plus admet-il qu’il y a eu d’autres maîtres avant lui » (p. 147).

On peut trouver le ton polémique et voir en Gusdorf un déçu du système qui a subi (sans doute trop) fortement l’incongruité du monde universitaire ! Néanmoins, il offre une méthode qui pourrait se révéler encore juste pour ceux qui décideraient d’explorer cette activité. Parlant de « géographie humaines de la vie intellectuelle et universitaire », Gusdorf a très bien compris qu’il s’agit en tout premier lieu de réfléchir aux stratégies savantes, aux pactes permettant de progresser, mais aussi aux nombreux réseaux et systèmes d’influences qui « donnent le contrôle sur un espace épistémologique déterminé » (p. 134-135). Cette « petite sociologie » de la maitrise (titre de son chapitre X) s’occupe de réinscrire le savoir dans une localisation, un « lieu » pour parler comme Christian Jacob, mais aussi de comprendre la production et la circulation de ces savoirs qui s’incarnent dans la figure du maître, puis dans celle du disciple : «  Il y a une illusion du maître, qui consiste, pour le maître, à se prendre pour un maître. Mais il y a une illusion du disciple, qui se trompe sur le maître et sur soi lorsqu’il considère sa condition de disciple comme définitive. Le maître et le disciple, dans leur rencontre d’un moment, et dans leur affrontement, se situent eux-mêmes au sein d’un vaste mouvement de relativité générale ». (p. 169).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *