Penser le rapport entre archives et pratiques savantes – Enjeux

En travaillant sur les archives des chercheurs, les documents-traces de l’activité savante, ne risque-t-on pas de tomber dans le fétichisme de la belle rature, ou, plus grave encore, de sous-estimer le produit final, c’est-à-dire l’œuvre publiée, au profit de sa genèse, et des phases d’élaboration et de transformation du savoir et de la pensée ? Cette crainte doit s’effacer devant l’enjeu majeur de ce nouveau regard porté sur les archives.

En effet, « aller » dans les archives, accomplir ce geste qui consiste à voir les documents dans des fonds et se confronter à des logiques de classement différentes, a pour conséquence première de montrer des pensées « vivantes » qui n’ont jamais cessé de se reprendre, de se réorienter et de bifurquer. Des pensées indisciplinées, aussi, qui, pour certaines, ont sans cesse été remises en question (par leurs auteurs ou par d’autres) et redéfinies en fonction des urgences et des soubresauts qui affectent le monde.

Faire ce geste qui consiste à aller dans les archives, à prendre au sérieux l’ensemble de ces documents, c’est encore prendre la mesure des investigations tâtonnantes qui jalonnent tout parcours intellectuel. C’est voir en acte des pratiques concrètes, comprendre la part du travail documentaire, saisir la place de certains gestes qui ont été patiemment et inlassablement répétés, mesurer l’importance de « savoir-faire » nécessaires à tout travail de recherche et qui peuvent se décliner en plusieurs opérations tant manuelles qu’intellectuelles, telles qu’observer, prélever, classer, hiérarchiser, mémoriser, calculer, interpréter, lire, écrire, annoter ou citer…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *