Du magicien comme savant, et vice versa. Précipité de comparatisme maussien.

Avec Marcel Mauss et Henri Hubert, la magie, le magicien ont connu un regain d’intérêt en sociologie et en anthropologie. La lecture mise en avant par les deux auteurs souligne l’importance du collectif, du « on dit » pour comprendre le rôle du magicien : défendre le groupe contre la crainte de l’existence.

Il existe cependant un autre aspect, trop peu relevé, de la réflexion de Mauss et de Hubert.

Les deux auteurs dessinent en effet une proximité entre la posture du magicien et de l’alchimiste, d’une part, et celle du savant, de l’autre. Aucun des deux ne connaît le découragement et comme Essertier le rappelle en citant Albert le Grand, ils sont des travailleurs assidus, persévérants, infatigables et tenaces (Daniel Essertier, Les formes inférieures de l’explication, Alcan, 1927). Poursuivons la comparaison. Les deux font appel à une tradition. Les deux sont détenteurs d’une force intérieure par laquelle ils arrivent à vaincre les difficultés et atteindre une forme de certitude sur l’existant. Les deux imaginent, les deux franchissent des limites, les deux établissent des lois, forgent des méthodes et des règles, sont en face de l’inconnu, compliquent les explications concernant la nature, expérimentent aussi à la suite de Roger Bacon et de la mise en place de la scientia experimentalis qui ouvre la voie à un principe de discrimination et donc de critique. Les deux sont ingénieux, cohérents, distinguent, renforcent les certitudes et les espérances.

Mais surtout, les deux manipulent des matières, des instruments, des mots : « La magie est essentiellement un art de faire et les magiciens ont utilisé avec soin leur savoir-faire, leur tour de main, leur habileté manuelle. Elle est le domaine de la production pure, ex nihilo ; elle fait avec des mots et des gestes ce que les techniques font avec du travail. Par bonheur, l’art magique n’a pas toujours gesticulé à vide. Il a traité des matières, fait des expériences réelles, et même des découvertes. » (Marcel Mauss et Henri Hubert, Esquisse d’une théorie générale de la magie, l’Année sociologique, 1904)

Pour autant, impossible pour les deux auteurs de l’Esquisse de penser que les sciences positives puissent « sortir » de la magie. Il n’y a pas une ligne directe entre les deux types d’explications, des formes différent. Alors que la magie est collée à l’expérience pratique, la science s’en affranchit.  Que faire alors de ces chercheurs qui se disent, avant tout, « bricoleurs », fabricants d’ « outils », artisans ou encore maçons du savoir ?


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Maël Shanti dit :

    Très intéressant et plaisant à lire, merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *