Comment voyager avec Umberto Eco.

IMG_1086

 

Umberto Eco est mort subitement et trop tôt.

Comme beaucoup de ses lecteurs francophones, je l’ai lu – dévoré serait un mot plus juste – avec Le nom de la rose, dans sa version poche. Je ne sais plus, cependant, si j’ai d’abord vu le film ou lu le livre ? Souvenir confus de cette période. Comme beaucoup de ses lecteurs, c’est dans un second temps que je me suis tourné vers son œuvre « savante » – relevant ses propos sur la sémiologie, sur le lecteur idéal, ou encore sur l’idée du beau durant le Moyen Age.

 

Puis, j’ai arrêté de lire Eco. J’ai tenté Le pendule de Foucault, arrivant péniblement à suivre l’intrigue jusqu’à son terme. Je n’ai lu le reste de ses écrits que par intermittence. Je n’ai pas eu le courage d’ouvrir Baudolino, encore moins de suivre les aventures de Simone Simonini dans Le cimetière de Prague. Au contraire, ses Pastiches et postiches, I et II, je les relis toujours avec une délectation certaine, en particulier : « comment se préparer sereinement à la mort », en ayant en tête l’idée que tous les gens sont des couillons, et surtout « comment se garder des veuves » concernant les dérives de la postérité post mortem (publication d’inédits qui vous font passer pour un imbécile, multiplication des colloques sur votre œuvre, puis édition de la correspondance privée…). Deux textes qui sont désormais de circonstances.

 

Sans trop y penser, j’ai construit une bonne part de ma réflexion sur les pratiques savantes en pensant à plusieurs de ses textes dont j’ai pu en tirer quelques règles profitables, en particulier dans son ouvrage-exposition sur la liste. Au delà des thèmes, comme l’idée d’énumération, la difficulté de dresser un inventaire, la crainte de ne pouvoir tout dire, l’idée de mise en ordre ou encore le collectionnisme, c’est une manière d’aborder les textes qui me reste d’Eco. Sa capacité de sortir de la circulation des mots clefs et des slogans mais aussi d’une lecture académique. Eco, c’est l’exercice d’une vraie liberté dans les manières d’agencer les textes, de leur donner du sens, mais aussi de les exposer aux lecteurs.

 

Plus encore que Vertige de la liste, c’est la découverte de Come si fa una tesi di laurea – Le materie umanistiche qui a été importante. Cet (anti) manuel montre à la fois le rapport d’Eco aux savoirs des sciences humaines, à la méthodologie, mais surtout à l’idée de ce que doit être une recherche, à ce que doit faire un chercheur, à son « éthique ». En premier, il s’agit de faire preuve d’une certaine « humilité » qui consiste à écouter avec respect, sans prononcer des jugements de valeur qui peuvent dépendre, nous dit Eco, de la météo, de la saison ou encore de l’heure du jour : «  faire une recherche, ce n’est mépriser aucune source, par principe » (p. 158). Mais dans cette éthique de la recherche, il faut aussi faire preuve d’un certain courage, celui de ses affirmations. Une fois exposées les opinions des autres, une fois présentées les difficultés qui entourent la recherche, une fois mises en avant les réponses alternatives, c’est l’auteur qui parle, qui s’exprime, qui argumente. En aucun cas « ne soyez des pleureurs et des complexés, causes de l’ennui » (p. 199).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *