Penser le rapport entre archives et pratiques savantes – Méthodes

Insister sur l’importance des pratiques savantes pour comprendre l’histoire d’un chercheur, de sa discipline, mais aussi de ses idées et hypothèses et de leur devenir, c’est se mettre à la croisée de plusieurs perspectives critiques. Se demander, par exemple, quelles sont les conditions de cette production d’un savoir et quelle place les routines académiques occupent dans ce processus. Comment une connaissance scientifique assure-t-elle sa légitimité et quels sont ses critères de validité ? C’est encore la question épineuse de « l’originalité » qui se pose – une question d’autant plus difficile à résoudre lorsque l’œuvre a été sacralisée. Pour répondre à de telles interrogations, il faut pouvoir faire appel à une histoire des techniques et des objets, mais aussi du corps et des perceptions, du temps et de la documentation, des intellectuels, des théories et des concepts, enfin à une histoire de l’idée que les savants se font de leur travail et de la scientificité en général.

Mais décider de s’intéresser aux archives, c’est aussi décider d’introduire un degré supplémentaire de complexité, là ou les spécialistes d’un auteur ou d’une œuvre en restent encore trop souvent à une analyse théorique et idéologique des productions. Il est plus que temps de sortir de l’illusion d’une science déjà faite, où l’activité et l’inventivité d’un chercheur semblent rétrospectivement aller de soi.

Travailler sur les archives du travail savant, ce n’est pas seulement documenter le plus exactement possible une pensée, c’est comprendre entre les lignes de l’œuvre écrite les silences et les présupposés, nombreux, qui appartiennent à un chercheur lorsqu’il travaille.

Il faut donc savoir prendre de la distance, réintroduire de l’étrangeté et des questionnements différents. Il faut savoir porter une attention sérieuse à la diversité des documents écrits et matériels, des plus anodins aux plus fondamentaux. Décider de les lire de manière exhaustive, à la lettre pour ainsi dire, sans faire de distinction a priori entre ce qui nous paraît aujourd’hui important ou accessoire, rationnel ou non, moderne ou archaïque, inachevé ou construit. C’est ainsi qu’il est possible de se dégager de la question des contenus, mais aussi de celle des traditions de savoirs, ou encore de la conformité d’une recherche à un modèle intellectuel, disciplinaire ou institutionnel particulier. C’est ainsi qu’il est possible de voir des postures, des manières de faire et d’être, des savoir-faire, des éthiques et des pratiques du travail intellectuel qui traversent toute la vie des acteurs concernés.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *