Lutter efficacement contre la procrastination…

 

Elle glande à l’Uni…

Au titre particulièrement explicite de cet article « Elle glande a l’uni, papa porte plainte », j’ajouterai ceci : découverte d’un moyen « enfin » efficace pour lutter contre la procrastination.

Les universités ont depuis longtemps pris au sérieux ce problème récurrent, cherchant à comprendre d’où vient cette habitude, quelles en sont les causes, mais surtout comment, parfois avec quelques règles « simple », il est possible de lutter contre ce  perpétuel report. Le stress – pathologie à la mode – est l’une des explications avancées. Mais dans cette dérive psychologisante, on trouve aussi le découragement et l’ennui. Plus certainement, c’est un rapport au temps qui se joue dans le non-geste du procrastinateur qui, en ne faisant rien, fait quand même plusieurs choses comme l’examen des motivations qui l’ont poussé à étudier, la longue liste des sacrifices qui lui ont été indispensables, et le choix de ses priorités du moment.

En lisant cet article, on se plait à penser à la manière, bien différente, dont Emile Durkheim, l’oncle de Marcel Mauss, aurait pu trouver comment solutionner les difficultés d’écriture du jeune Marcel qui, selon lui s’éternisa dans l’« éthos » propre à l’étudiant: un composé  d’« idéalisme exigeant », puisqu’il cherche constamment à bien faire, mais aussi « un besoin de se bercer doucement l’existence, de ne pas se tourmenter, ni soi ni autrui, partant de ne pas prévoir sérieusement »[1].

La menace judiciaire aurait certainement provoqué une hausse de l’efficacité du jeune sociologue qui, au final, restera l’un des auteurs les plus prolifiques de sa génération, et ce même si il ne publia jamais aucun livre….

Comme il le précisa en 1930 à l’occasion de sa candidature au Collège de France, la plus grande partie de son travail, qu’il mesura avec attention, consista à la rédaction et à la publication de L’Année sociologique : « J’y ai publié environ 2500 pages in-octavo sur les 10 ou 11000 pages des quatorze volumes publiés ou en cours de publication (400 pages dans le volume 1 de la Nouvelle série, 300 pages dans le volume 2 de cette série, si je compte ma contribution bibliographique dans toutes les rubriques). Je ne parle pas de la valeur de cette bibliographie, du choix qu’elle suppose, ni du travail d’information courante, des relations personnelles et de correspondance, etc. »[2].

Il y a parfois du bon dans les stratégies d’évitements.

 

[1] Besnard Philippe. Lettres de Emile Durkheim à Henri Hubert présentées par Philippe Besnard. In: Revue française de sociologie, 1987, 28-3. P.499

[2] Mauss Marcel, Besnard Philippe. L’œuvre de Mauss par lui-même. In: Revue française de sociologie, 1979, 20-1. Les durkheimiens. Etudes et documents réunis par Philippe Besnard, sous la direction de Philippe Besnard. pp. 209-220

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *