Remplir une fiche et accéder au savoir

fiche d'emprunt de la British Library

Fiche d’emprunt de Marcel Mauss à la British Library
© Jf Bert

L’activité savante est balisée par un certain nombre de gestes routiniers, l’un des plus répétés consistant à aller consulter un ouvrage dans une bibliothèque ou un centre de documentation.

Avant de lire, de prendre des notes, de mettre en fiche le produit de ses lectures et de ses réflexions, il faut demander l’ouvrage qui, potentiellement, pourra retenir notre attention.

Ce geste de demande, commun aux bibliothèques et aux centres d’archives, est encore souvent matérialisé par des fiches ou bulletins d’emprunts que malheureusement très peu de bibliothèques ont gardé de manière exhaustive.

Jetés par faute de place ou lors de déménagements, ces documents devenus rares sont pourtant une preuve essentielle pour comprendre les influences, diverses, qui peuvent composer une recherche et, en premier, le rapport du chercheur aux livres et à la lecture.

Combien de livres emprunte-t-il et à quel rythme ? Littérature, poésie, essais, ou uniquement des livres ayant un rapport avec son activité scientifique ? Ces bulletins seraient un point d’entrée, aussi, pour réaliser le rêve de tout bon historien des sciences travaillant sur un auteur : lire ce qu’il a lu, reprendre ses trajets, recomposer la cartographie de ses lectures, en tout cas de ses emprunts… Pour autant, lit-on vraiment tout ce que nous empruntons ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *