A quoi sert un carnet ? Petite morale d’une pratique savante classique.

Carnets rangés dans une bibliothèque

Carnets rangés dans une bibliothèque.
© Jf Bert

Pour beaucoup de chercheurs, le carnet a été et continue d’être un point de départ dans un processus de recherche. Ce petit objet (la maniabilité est loin d’être un argument secondaire dans le choix et le succès de ce support) permet d’inscrire des idées fugitives, des intuitions, des raisonnements qui sont souvent matérialisés par des signes graphiques spécifiques, une écriture brève, elliptique, dont le but est justement de ramasser, en quelques mots, la profondeur d’une pensée, d’une lecture, d’une découverte, d’une expérience. Urgence et autocorrections successives sont certainement les deux modalités d’écriture propres au carnet.

Comme l’a rappelé Christian Jacob, le carnet de recherche peut avoir de multiples fonctions. L’une des plus importantes est qu’en donnant une valeur mnémotechnique à chaque note, il entraîne la réactivation d’une idée, d’une question, d’une hypothèse, d’une intuition, d’un enthousiasme, ou d’une aporie (http://lieuxdesavoir.hypotheses.org/1344).

Depuis l’ouvrage classique de Robert Sanjek, Fieldnotes, The making of Anthropology, 1990, l’analyse de ce type de support a largement permis de nourrir l’historiographie de certaines disciplines, en particulier de l’ethnologie, qui a institutionnalisé son usage dès la fin du xixe  siècle.  Il suffit de rappeler le mot d’ordre de Marcel Mauss : “la première méthode de travail consistera à ouvrir un journal de route, où l’on notera chaque soir le travail accompli dans la journée : fiches remplies, objets récoltés, entreront dans ce journal qui constituera un répertoire facile à consulter” (Manuel d’ethnographie, Payot, p.31). Ce travail minutieux, précis, est alors aussi un moyen d’ancrer les théories sur des faits concrets.

Il est certain que, du point de vue des pratiques savantes, le carnet donne à voir des procédures textuelles et rhétoriques tout à fait particulières. Il montre l’évolution d’une problématique de recherche, le renouvellement des questionnements, l’accumulation des connaissances. Il permet aussi de saisir des situations, des sensations personnelles, des mémoires et des pensées vagabondes. C’est là que les opinions, tant sur des questions scientifiques que sur des thématiques sociales et politiques, apparaissent. C’est là, aussi, que certains choix se manifestent et qu’il est possible de comprendre des renoncements ou la mise en place de véritables interdits qui jalonnent et parfois déterminent fortement le cours et le contenu d’une recherche.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *