Faut-il craindre la copie ?

Comme à chaque nouvelle rentrée, je reçois de mon institution de rattachement (l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne) un mail qui me donne la conduite à tenir pour “bien” citer et éviter tout risque de plagiat. Des règles qui valent d’abord pour les étudiants mais aussi pour les enseignants chercheurs. On m’indique aussi qu’un site web est mis à ma disposition, ainsi qu’un logiciel de reconnaissance (iThenticate) qui doit me permettre de détecter la copie, ou plutôt, et dans un langage plus affirmatif, de contrôler l’originalité de la recherche !

En allant sur ce site, je prends connaissance de points fondamentaux comme, par exemple, l’obligation de mettre en évidence les passages repris, de donner une référence bibliographique complète, mais j’apprends surtout ce que l’on risque en plagiant. Un risque évolutif en fonction du statut du plagiaire. Quoi qu’il en soit, le plagiat est une fraude qui apporte le discrédit et qui finit par se répercuter, au-delà de l’intéressé, sur l’équipe entière de recherche.

On ne peut qu’être d’accord avec la sévérité de ce rappel. Comment faire de la recherche, développer des hypothèses de travail librement, si l’on risque à chaque clic d’être copié. Pour autant, et l’histoire des pratiques savantes le permet, on peut se demander depuis quand il nous est devenu si insupportable de se faire copier…  Depuis quand existe-t-il des normes, désormais internationales, qui ont pour but d’assurer l’originalité d’un travail de recherche ? Depuis quand la pratique de la copie a perdu de son intérêt productif pour le savoir, se transformant en fraude?

Creuser historiquement une telle pratique, devenue illégitime, doit nous pousser à considérer autant la dimension socio-historique des procédures de construction du savoir savant que les critères de sa validation. Il est alors possible de repérer un changement important durant la première décennie des années 2000. Gilles Sahut note par exemple que la mise en place de règles touchant au référencement dans le projet Wikipédia date de 2002 et que la pratique s’institutionnalise entre 2006 et 2008 (Gilles Sahut, « « Citez vos sources » : archéologie d’une règle au cœur du savoir wikipédien (2002-2008) », Études de communication [En ligne], 42 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 07 juillet 2014. URL : http://edc.revues.org/5721).

Mais en plus de cette approche socio-historique des procédures de construction du savoir savant, il est tout aussi important de se tourner vers l’écriture scientifique qui se déploie, il ne faut pas l’oublier, à travers une chaîne d’opérations complexes qui va de la copie à la liste, en passant par la rédaction d’un plan, l’écriture d’un brouillon, la dactylographie, la correction des épreuves… L’acte qui consiste à copier, recopier, avait encore il y a peu de temps toute sa place comme activité savante. On copiait car on reconnaissait la valeur inégalable de certains textes. On copiait pour se souvenir, intégrer, intérioriser des savoirs. Ce geste de la copie a aussi été un mode d’apprentissage qui a perduré jusqu’à l’essor des techniques mécaniques de reproduction, mode d’apprentissage partagé par la plupart des disciplines ; comme le rappelle l’indo-européaniste Georges Dumézil (1898-1986) qui aimait se définir comme un scribe, rappelant les effets positifs de la copie pour son travail de comparatiste : « J’aime copier : Je suis né à un moment où on ne dactylographiait guère et où l’on ne photocopiait pas. J’ai entendu parler de Xerox pour la première fois aux États-Unis en 1968 et 1969. Avant, il fallait transcrire soi-même ce qu’on voulait garder. J’ai copié des légendes, j’ai copié des chapitres de livres que je ne pouvais pas me procurer. C’était une des conditions du travail et j’aimais ça » (Dumézil et Eribon, 1984, p. 83).

PS: Pour ceux qui continuent de douter de leur “bonne” pratique, il existe un quiz de sensibilisation destiné aux étudiants de l’enseignement supérieur de l’université catholique de Louvain : http://icampus.uclouvain.be/courses/PLA/document/QuizPlagiatAout2012-Web/index.html


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *