Archive / Archives ?

photo(1)

Il existe de nombreuses définitions du terme archive(s), au singulier comme au pluriel.

On peut décider, en premier, de se tourner vers la définition légale qui relève du Code du patrimoine, édicté en juillet 2008, mais qui reprend le texte de la loi de 1979 : « Les archives sont l’ensemble des documents, quels que soient leur date, leur lieu de conservation, leur forme et leur support, produits ou reçus par toute personne physique ou morale et par tout service ou organisme public ou privé dans l’exercice de leur activité.» (Article L211-1). L’article ajoute aussi : «La conservation des archives est organisée dans l’intérêt public tant pour les besoins de la gestion et de la justification des droits des personnes physiques ou morales, publiques ou privées, que pour la documentation historique de la recherche.» (Article L211-2). Dans ce cas de figure, et en ce qui concerne les archives de chercheur, ou de la recherche, il faut comprendre que cette dernière est considérée comme une activité publique et, par conséquent, que les archives des chercheurs doivent être traitées comme des archives publiques.

On peut décider, comme Thérèse Charmasson, de qualifier les archives en fonction de leur provenance: « On entendra donc par “archives des sciences”, termes sans doute moins ambigus que ceux d’archives “scientifiques”, toutes sources d’archives permettant d’étudier l’évolution générale des politiques de recherche et d’enseignement scientifiques, l’évolution de telle discipline scientifique particulière ou encore l’apport de tel ou tel scientifique au développement des connaissances. Cette définition des archives des sciences à partir de leur objet conduit à distinguer, au sein de celles-ci, trois grandes catégories, à partir de leur provenance: les archives de tutelle des établissements de recherche et d’enseignement scientifiques, les archives propres de ces mêmes établissements, dont les archives des laboratoires et des unités de recherche ne constituent qu’une partie, et les archives personnelles des scientifiques. La notion de provenance, d’où découle le statut juridique des archives, est en effet primordiale pour la collecte, la conservation et la communication des archives. » (Thérèse Charmasson, « Archives scientifiques ou archives des sciences : des sources pour l’histoire », La Revue pour l’histoire du CNRS, n° 14, 2006, p. 2.)

Il est tout aussi opératoire de qualifier les archives à partir de leur nature hétérogène. Une archive de chercheur peut être composée d’écrits (textes, carnets, fiches, agendas, brouillon…), de dessins ou de schématisations (croquis, écritures codées et symboliques), d‘instruments, de collections d’objets comme des herbiers ou des photographies…)…  Cette diversité dans la nature des documents peut renvoyer parfois très directement à des moments dans le déroulement d’une recherche : celui du travail de recherche proprement dit, en laboratoire, sur le terrain, en bibliothèque ; celui où sont consignés les résultats de la recherche ; et enfin celui de la réception des résultats.

On peut, encore, accorder plus d’importance à la définition qu’en donne Michel de Certeau qui propose une vision éclatée et quelque peu utopique de l’archive, une définition « du côtè du chercheur qui utilise l’archive » : « En archivistique, tout commence avec le geste de mettre à part (…). Bien loin d’accepter des « données », elle les constitue. Des actions concertées découpent des archives dans l’univers de l’usage; elles placent ces matériaux hors des frontières de l’usage et les destinent à un réemploi cohérent. L’archive est la trace des actes qui modifient un ordre reçu et une vision sociale. Elle consiste à produire de tels documents, par le fait de collectionner, recopier, isoler, transcrire, conserver (…) ces objets en changeant à la fois leur place et leur statut. (…) L’archivistique demeure semblable à cette science de « l’érudition » qui naît qu XVIIe siècle avec ces institutions techniques, ces « établissements de sources » que sont pour « l’érudition » la constitution des grandes bibliothèques. »  In « l’espace de l’archive ou la perversion du temps », traverses, n°36, janvier 1986.

Reste encore à saisir toutes les implications de la mise au singulier que propose Michel Foucault. Une archive qui représente les discours effectivement prononcés à une époque et qui continuent à exister à travers l’histoire : « non pas la totalité des textes qui ont été conservés par une civilisation, ni l’ensemble des traces qu’on a pu sauver de son désastre, mais le jeu des règles qui déterminent dans une culture l’apparition et la disparition des énoncés, leur rémanence et leur effacement, leur existence paradoxale d’événements et de choses. » (Sur l’archéologie des sciences. Réponse au cercle d’épistémologie », Dits et écrits, vol I, texte 59, 1968.)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *