Classement(s)

© Jf Bert

© Jf Bert

La question du classement est un des lieux communs de la réflexion sur les pratiques savantes. Elle a été déclinée dans la littérature de nombreuses manières : ordre/désordre ; classer/penser ; catégoriser/hiérarchiser…

Concernant les archives de chercheur, comme je l’avais déjà rappelé (« Constituer des dossiers de travail »), il est primordial de garder la trace des classements endogènes des chercheurs – et ce même si certains archivistes trouvent cela étonnant et, pour le moins, irréaliste.

Il ne s’agira pas ici de fournir de nouvelles réflexions théoriques sur les classements, mais plutôt de les montrer, d’en dégager et d’en analyser la logique interne, qu’il s’agisse d’une bibliothèque, d’un fichier, d’un bureau, d’une armoire de dossier…

Il s’agira tout autant de comprendre les « aides » qui ont été mis en place pour soutenir les chercheurs dans cette difficile opération qui consiste à classer et re-classer leurs données : des règles méthodologiques de base (Chavigny, en 1919, par exemple), aux nombreux mobiliers inventés pour répondre aux besoins parfois exponentiels des chercheurs (les meubles Borgeaud s’en sont fait une spécialité depuis la fin du XIXe siècle). Il s’agira, enfin, de s’interroger sur la beauté du reste, ce qui n’entre dans aucune catégorie ; ce « divers » dont parle Marcel Mauss au début de sa conférence sur les « Techniques du corps » (1934).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.