Destruction !

« L’archive commence par la sélection, et cette sélection est une violence. Il n’y a pas d’archive sans violence. Cette violence n’est pas simplement politique au sens où elle attendrait qu’il y ait un État désignant des fonctionnaires qui ont compétence reconnue. Non, cette archivation a lieu déjà dans l’inconscient. Dans une seule personne, il y a ce que la mémoire, ce que l’économie de la mémoire garde ou ne garde pas, détruit ou ne détruit pas, refoule d’une manière ou d’une autre. Il y a donc constitution d’archives mnésiques là où il y a économie, sélection des traces, interprétation, remémoration. ».

Jacques Derrida, « Trace, archive, image et art », dialogue au Collège iconique (avec Jean-Michel Rodes, François Soulages, Gérald Cahen, Patrick Charadeau, Gérard Hubert, Serge Tisseron et Marie-José Mondzain)

 

 

 

Ferrara le 17 aout 2018


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.